Kiki était le doyen des animaux du Jardin des Plantes. Arrivé en 1923 à la Ménagerie depuis l'Île Maurice, il s'est éteint en 2009, à l'âge canonique de 146 ans : une longévité extraordinaire pour une tortue de son espèce !


Kiki est confié à la Ménagerie en 1923 par Paul Carrié, un érudit et naturaliste mauricien venu prendre sa retraite en France. On raconte que le vieux monsieur avait ses habitudes au jardin et venait rendre visite à sa chère tortue tous les jours. Très aimé du public parisien, Kiki passait ses hivers au chaud dans le Palais des reptiles. Au printemps, il prenait ses quartiers sur l'herbe tendre de la Rotonde lors d'une transhumance effectuée en brouette puis, le progrès aidant, en chariot élévateur. Il faut dire que Kiki, arrivé à la force de son âge, pesait plus de 200 kilos ! A la saison des amours, tout le jardin résonnait aux sons de ses grognements extraordinaires. Kiki partageait son enclos avec trois autres tortues géantes : Platine et Lecata, deux femelles accueillies en 1983, et Périclès, le doyen arrivé avec Kiki en 1923, dont nous avons fêté le centenaire en 2013.

Kiki s'est éteint le 30 novembre 2009 à l'âge de 146 ans, un record quand on sait que ces tortues vivent rarement plus de 70 ans dans la nature. Naturalisée, la tortue est désormais visible au sein de la Grande Galerie de l'Évolution du Muséum.

L'espèce des tortues géantes des Seychelles a frôlé l’extinction en 1840 à cause de sa surexploitation. Elle fait désormais l'objet d'une protection attentive au sein de son habitat naturel. Sa population in situ est estimée à 150 000 spécimens. 375 individus vivent aujourd'hui dans des parcs zoologiques, dont une vingtaine dans des zoos français.