La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes, participe à de nombreux programmes d’élevage d’espèces menacées, notamment : le cheval de Przewalski, la panthère longibande, l’orang-outan, le panda roux, l’ara de Buffon, le Martin de Rothschild, le boa de Cuba… Ces programmes sont encadrés par l’Association Européenne des Parcs zoologiques (EAZA).


La Ménagerie participe à 48 Programmes Européens d’Élevage (EEP) et à 19 "studbooks" (livres généalogiques recensant les populations en captivité d’une espèce donnée) dans le cadre de l’Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA). Fondée en 1985, cette structure d’échange d’informations et d’animaux, regroupe aujourd’hui plus de 345 membres de 41 pays.

Le principe des élevages conservatoires est de maintenir en captivité des populations viables d’animaux sauvages, qui seront susceptibles d’être réintroduits dans la nature, si leur milieu est stabilisé ou restauré. Les espèces candidates à la réintroduction sont relativement rares car les conditions requises sont complexes : il faut s’assurer que l’habitat soit favorable, respecter des règles strictes concernant l’origine, la qualité génétique et sanitaire des animaux à relâcher, les capacités du milieu et les possibilités de suivi scientifique avant et après le lâcher.

Parmi les espèces qui ont fait l’objet d’un programme de réintroduction on peut citer : en France, l’outarde canepetière ; sur la péninsule arabique, l’Oryx d’Arabie, éteint à l’état sauvage ; au Brésil le Tamarin lion doré ; en Mongolie le cheval de Przewalski. Quatre espèces présentes à la Ménagerie.

Pour en savoir plus sur la conservation ex-situ des espèces animales