Au début des années 1980, devant l’évidence de l’érosion de la biodiversité et la destruction des milieux naturels, les responsables de parcs zoologiques ont pris conscience du rôle que pouvaient jouer leurs établissements dans la conservation des espèces animales.


Les premiers programmes d’élevage coordonnés par les parcs zoologiques ont vu le jour en 1980 en Amérique du Nord et en 1985 en Europe, avec pour objectif l’établissement de populations captives viables à long terme (100 ans), possédant un maximum de diversité génétique (90%) afin de garantir leur potentiel adaptatif dans le cas où des réintroductions dans la nature sont possibles.

En 2015, 345 zoos de 41 pays européens participent à 388 programmes d’élevage. Grâce à ces programmes, les parcs zoologiques entretiennent des populations viables sur le long terme, constituant des réservoirs de gènes permettant d’éviter l’extinction de plusieurs espèces. Certaines participeront à des renforcements de populations sauvages, voire à des réintroductions.