Ce flamant, Phoenicopterus ruber, très coloré vit en grandes colonies dans les Caraïbes et dans le nord de l’Amérique du Sud.


Fiche d’identité

Classe : Sauropsides

Ordre : Phoenicoptériformes

Famille : Phoenicoptéridés

Genre : Phoenicopterus

Espèce : ruber

Sous-espèce : -

Durée de vie : 44 ans

Taille et poids : 1,45 m de haut ; 1,50 m d’envergure ; 3 kg maximum 

Incubation : 27 à 31 jours, 1 œuf

Habitat naturel : lacs saumâtres, lagons, estuaires, lagunes

Régime alimentaire : larves aquatiques, crevettes, vers, algues

Région d'origine : Antilles, Floride, Bahamas, Galapagos, nord de l’Amérique du Sud

Programme de conservation : -

STATUT UICN  : LC, préoccupation mineure


Mode de vie

Grégaires, les flamants rouges vivent en colonies pouvant regrouper quelques milliers d’individus. Ils gardent le contact entre eux par différents types de cris. Les parades nuptiales au cours desquelles les couples se forment sont également bruyantes ! Le nid, fait de boue et haut d'une trentaine de centimètres, est construit sur des lacs salés dont l'alcalinité très élevée éloigne les prédateurs. Chaque parent couve alternativement. Les petits, recouverts de leur duvet gris, quittent le nid vers 10 jours et se réunissent en immenses crèches où les adultes reconnaissent leur jeune grâce à ses cris et le nourrissent d’un « lait » qu’ils régurgitent. Ils deviennent indépendants vers un an.


Signes distinctifs

Comme les autres espèces de flamants, le flamant rouge, appelé également flamant de Cuba ou des Caraïbes, doit sa couleur aux pigments caroténoïdes contenus dans les algues et les crustacés qu'il consomme.

Le bec, droit à la naissance, va progressivement s’incurver. L’adulte peut ainsi racler les fonds marécageux. La langue sert de piston pour aspirer l’eau et la boue puis, à l’intérieur du bec, des lamelles cornées filtrent  les petits invertébrés, les mollusques, les algues…


Anecdote

Les colonies de flamants rouges se portent relativement bien mais subissent localement des perturbations engendrées par l'urbanisation, la construction de routes, les empoisonnements au plomb, le tourisme de plus en plus important ou les ouragans.

Les populations sont protégées et les déplacements de certaines sont suivis par satellite.